Votre panier bio de légumes et de fruits


Nos paniers Bio Semaine 26 du 27/06 au 01/07/2016, en vente sur notre lieu de production, à Puteaux, à Cergy le Haut

PANIER BIO 2 PERSONNES:



Groseille 1 barq. 200g
Rhubarbe
Concombre long
Fèves
Courgettes
Salade
500g
1 unité
 500g
500g
1 unité






Total 12 euros ou remisé à 11 euros avec un abonnement de 4 paniers pour les paniers pris sur place

PANIER BIO 4 PERSONNES:
   



Groseille barq.200g
Rhubarbe
Concombre long

700g
1 unité

Fèves 1 kg
Courgettes 1kg
Salade 1 unité


                                                                                  
Total 16 euros ou remisé à 15 euros avec un abonnement de 4 paniers pour les paniers pris sur place

P'TIT PANIER BIO LEGUMES: concombre, fèves, courgettes, salade  Total ramené à 6,50 €

                  

Clip Jeunes Agriculteurs 2016

Les milieux agricoles franciliens ont perdu 20% d'espèces de plantes depuis 2009

« Dans les milieux agricoles, c'est le plus compliqué », a déclaré Bruno Milienne, président de Natureparif (agence régionale pour la biodiversité en Île de France), lors de la présentation de l'état de santé de la biodiversité de la région, le 10 mai 2016. Depuis 2009, les données des naturalistes montrent une baisse de 20% du nombre d'espèces végétales dans les milieux agricoles franciliens. Plus alarmant encore: le nombre d'oiseaux spécialisés des milieux agricoles ont chuté de 30% en onze ans contre une baisse de 17% au niveau national. « On doit travailler avec les syndicats agricoles », développe-t-il. Son idée est de convaincre et soutenir les agriculteurs en leur montrant des exemples en faveur de la biodiversité, plutôt que de les leur imposer.
Source:  Agrafil du 11 mai 2016.

Comment ne pas regretter le manque de développement de filières écologiquement responsables et respectueuses de leur environnement. Le problème est profond: les champs aux belles formes géométriques bien agencées, sont en réalité, un désert agrochimique et à vocation pétrolière (le colza est par exemple, utilisé pour le diesel).
Pour les petits animaux (oiseaux, insectes pollinisateurs,...), leur habitat est quasi-inexistant, il n'y a plus grand chose à polliniser, à manger: les fleurs sauvages, les petits fruits deviennent bien rares, ...

Au fait, qui va maintenant protéger les cultures des insectes prédateurs, qui va nous aider simplement à vivre ? Réponse: l'agrochimie bien sûr ..."science for a better life". La boucle est bouclée, trop fort !
Alain

Champ de fleurs

Bonjour,

Nous vous envoyons quelques photos d'un joli champ de fleurs: c'est en réalité, un engrais vert semé dans une parcelle sableuse et assez pauvre. Joignons l'utile à la beauté visuelle de ces fleurs printanières ! Nous avons choisi des plantes mellifères: les abeilles et bourdons se régalent sur les phacélies bleues, le trèfle incarnat et la mourtade sauvage. C'est tant mieux pour ces insectes dans cette période de disette printanière où les pluies de ces derniers jours succèdent au froid et à 4 jours de chaleur. C'est aussi tant mieux pour la terre, où ces plantes une fois défleuries, y seront incorporées avant semis de haricots verts pour cet été, de carottes pour cet automne...




Bonjour,

Environ, 200 pommiers ont été plantés dans notre verger de Maurecourt, à la sortie de cet hiver. Nous avons donc complété les plantations existantes.

Les pommes sont destinées à l'AMAP d'Andrésy et aux habitants de Maurecourt et de l'agglo de Cergy. Nous espérons vous convier d'ici 3 ou 4 ans, à la récolte des fruits sur les arbres. Patience, les arbres sont encore jeunes, le verger est quand même prometteur !
 

Quelques infos sur les nouvelles techniques de manipulation de l’ADN

Bonjour,

De nouvelles techniques de manipulation de l’ADN ont été mises au point. Les industriels (Monsanto, Syngeta, Bayer, Limagrain...) refusent de soumettre ces nouveaux OGM à toute réglementation et tout étiquetage. Si nous les laissons faire, nous aurons demain des OGM dans nos champs et nos assiettes sans même le savoir !
Je vous invite à signer une pétition commune à 7 organisations pour exiger de la France a minima l’application de la réglementation OGM à ces nouveaux produits.
Merci de faire suivre largement cette pétition.
www.nouveauxogmjenveuxpas.fr

Pour tous ceux qui ne veulent pas avoir sans le savoir des OGM dans nos assiettes et dans nos champs, voici un article du monde :

Quelques explications pour ceux qui veulent en savoir plus :
Parmi ces nouvelles techniques, une est très puissante et semble avoir de loin la préférence des industriels: CRISPR-CAS9. Il s'agit d'introduire au sein des cellules des petits fragments d'ADN, d'ARN qui vont jouer le rôle de ciseaux et qui viennent couper à des endroits précis la molécule d'ADN et provoquer une modification génétique. Avec cette technique, 3 types de modifications sont possibles:
1)suppression de petits bouts d'ADN, (délétion) 2)changements d'une séquence (éléments constitutifs de l'ADN) 3)Ajout de petit fragments d'ADN

Toutes ces techniques provoquent des modifications génétiques mais les industriels souhaitent que certaines soient dérèglementées notamment le cas n°2 ci-dessus. Les industriels affirment que la modification provoquée (qui produit un OGM, au sens qu'il a été génétiquement modifié) peut ressembler à une mutation naturelle (mutation ponctuelle) donc il n'y a pas lieu de réglementer.

La différence majeure quand même, c'est qu'il peut y avoir des effets que l'on appelle "hors cible", c'est-à-dire à un autre endroit du génome que celui où on a utilisé notre ciseau génétique. Ces effets non intentionnels peuvent provoquer des problèmes de santé ou environnementaux. Ce que les industriels tentent également de cacher, ce sont les brevets sur les gènes que ces techniques impliquent. D'un côté, ils nous expliquent que c'est naturel pour ne pas avoir de réglementation et de l'autre que c'est brevetable car c'est l'homme qui a réalisé la manipulation génétique.

La vraie solution reste bien sûr l'interdiction de ces techniques car nous n'en avons pas besoin pour produire en agriculture. La bataille sera difficile mais ce qu'il faut obtenir a minima, c'est la réglementation et l'étiquetage de ces nouveaux OGM, pour ne pas les acheter et pouvoir les boycotter comme les premiers OGM
(sources documentaires: Daniel Evain maraîcher biologique en Essonne, référent FNAB sur les OGM et représentant au Haut Conseil des Biotechnologies et article du journal Le Monde du 12/04/2016)

Rebonjour pour une nouvelle saison 2016 pleine de vitamines !

Nous voilà au Printemps ! Ce sont quelques jours où la durée du jour est égale à celle de la nuit (équinoxes).
La lumière va l'emporter sur l'obscur. J'espère que nos cultures en seront les grandes gagnantes.
Les matins sont encore bien froids. Mais un charme fou se dégage ce matin serein. Les couleurs chaudes dominent les cristaux de glace:













Nos cultures printanières poussent bien dans les serres:



Seules, 4 planches de courgettes sont déjà plantées, les autres légumes fruits (tomates, concombres et aubergines)
restent dans les serres de plants, bien au chaud...en attendant des jours meilleurs.


Les premières fleurs d'abricotiers et de pruniers tentent une sortie.
Les abeilles impatientes martèlent les fleurs... au nectar encore bien caché:


​Cette semaine, vous aurez un premier panier aux airs printaniers. 
Par exemple, les épinards, les blettes,
les salades, les radis sont les premiers légumes verts de printemps.

C'est le temps des primeurs !​

​Profitez-en, c'est un cadeau​​ de la nature, du travail de nos aïeux​​ et de votre équipe préférée de jardiniers réunis.
Pour plus de printemps, voici quelques photos ICI

CRISE DE L'ELEVAGE et AGRICOLE : Que pouvons nous faire ?

Cette semaine, en entendant nos collègues éleveurs exprimer un cri de désespoir -encore un dernier avant de disparaitre ? j'étais en colère et mal à l'aise à la fois.

En colère car l'état a imposé une mise aux normes des bâtiments d'élevage et des ateliers de transformation qui va bien au delà des capacités financières des éleveurs familiaux. Alors même que cet état ne semble guère se préoccuper du bien-être animal dans les abattoirs devenus Halal.

En colère car nos charges sont bien trop élevées. Nous payons à MSA (Mutuelle Sociale Agricole (sic!)) des charges plus importantes que celles de nos voisins européens. Une VRAIE baisse de nos charges sociales et patronales doit s'harmoniser au sein de la CEE. C’est plus qu’urgent ! et STOP aux effets d'annonce des politiques !! Nous n'en pouvons plus !!! Quant aux salaires ou revenus, souhaitons qu'ils ne soient pas nivelés par le bas en Europe. (pour info, nous avons réglé le 17/11/2015, plus de 26 595 € de charges trimestrielles à la MSA).

En colère car le premier rééquilibrage des aides de la PAC est insuffisant: l'élevage devrait mieux en bénéficier et plus largement, les paysans des zones très rurales, éloignées des grandes agglomérations. Les 9,1 milliards d’euros que l’Europe verse à l’agriculture hexagonale sont attribués à une minorité d’agriculteurs. Une répartition de ces fonds publics se doit d’être équitable ; tout simplement.


Mal à l'aise car il est évident qu’aucun gouvernement ne peut intervenir sur les prix de vente bien trop bas et ne rémunérant pas correctement notre travail. La logique de l’agroalimentaire industriel est d’acheter là où c’est le moins cher possible : pas de scrupule, le plus de marge possible.
"Le travail est si bien divisé, que l'un travaille et l'autre récolte". Demandons leur au minimum, la transparence sur l'origine des produits. Point.

Mal à l'aise car les organisations entre producteurs indépendants tardent à émerger. Seule la vente directe du producteur au consommateur nous permettra de vivre. Vive les AMAP, les coopératives créées par les consommateurs, les magasins de producteurs, les magasins de proximité…

Mal à l'aise car nous devons produire de meilleure qualité, de vrais produits de la terre. Notre agriculture n'a de sens que si nous nourrissons réellement nos voisins urbains. La subsistance de chacun devrait passer d'abord par le local.  Manger, c'est aussi faire vivre nos terroirs, ressentir à nouveau pour chacun, ce lien qui nous unit à la terre; c'est créer de la convivialité, de la rencontre. C'est être avec celles et ceux que l'on aime. C'est discuter, rigoler,...et aussi nous respecter. Nous, agriculteurs et éleveurs sommes un fondement de notre société. Redevenons fiers de notre métier !

Parlons avec nos clients directement : un fromage, un rôti, un légume,.. sont produits par des travailleurs. Leurs coûts se calculent comme on le ferait avec n’importe quel produit manufacturé.

Nous voulons vivre de notre métier. Définissons le prix juste pour tous : pour les consommateurs et pour les agriculteurs ! C’est la solution pour produire qualitativement, pour retrouver une agriculture sociale. Vous apprécierez de belles campagnes vivantes et non pas, un "joli" tableau de fleurs de colza ...sans aucune vie.

Donc un grand merci à nos clients actuels et bienvenue aux 98 % d'urbains s'alimentant encore dans les grandes surfaces Robocoop !
Belle journée à vous,
Alain Crochot

Quelques articles intéressants:
Sur la crise de l'élevage, un dossier de la France Agricole: ICI
Sur l'espérance de vie en baisse en France, un article du Point : ICI

Encore un air de Printemps pour cette belle journée de vendredi...04 Décembre !!!

 

J'avais envie de partager avec vous, quelques moments très agréables dans nos champs. Les plantes respirent, elles sont heureusement sensibles à la courte durée du jour et donc, elles poussent bien tranquillement.

Peu de dormance hivernale est observée malgré trois bons jours de gel qui auront "ratatiné" des salades et autres plantes qui se croyaient au Printemps revenu !

Les abeilles récoltent encore du pollen qui nourrira leur couvain après l"hiver".
Dans les serres,nous en sommes à la 2nde récolte d'automne: blettes, épinards, navets, roquette, mizuna, mâche, radis,..seront dans vos paniers d'avant Noël.

Cet Automne est particulièrement doux, je ne sais s'il faut s'en réjouir. Je souhaitais juste vous donner un peu d'air, un peu de cette légèreté lumineuse qui plane dans nos champs.
Un moment, sortons pour fuir le rabaissement ambiant. Réjouissons-nous de petits riens que nous offre notre belle Terre; tout simplement, vivons !

Noix de Bourgogne




A compter de cette semaine, nous vous proposons des noix, provenant de Bourgogne (village près de la ville de Noyers (!) dans l’Yonne) sur un petit verger appartenant à ma famille.
Ces noix ont été ramassées à la mi-octobre dès que le brou se fissure et qu’elles chutent naturellement au sol. Elles sont alors lavées à l’eau et séchées sur des grilles placées dans une grange bien aérée. 

Les quantités sont moindres qu'en 2014, un orage de grêle ayant détruit de nombreuses jeunes noix en Août et même des charpentières des arbres !
Si ces noix ne bénéficient pas du label AB, nous vous certifions qu’aucun produit chimique (ni organique d’ailleurs !) n’a été rajouté.

Merci de penser à nous donner vos épluchures pour notre compost :

En agriculture biologique, nous nourrissons le sol bien avant que les plantes ne soient en place. Quelques mois après, les végétaux trouveront dans le sol, les éléments minéraux dont ils ont besoin pour leur croissance .

Cette année, 500 m3 (320 Tonnes environ) de compost de feuilles sont mélangés à du fumier de cheval, mais également avec des légumes abimés non vendables et vos épluchures de légumes: d'ailleurs, lors des distributions de paniers, une caisse vide est mise à votre disposition pour récupérer vos déchets verts bio, afin de les inclure dans notre compost: épluchures légumes et fruits BIO, coquilles d'oeufs bio, feuilles d'arbres de votre jardin, tontes (merci de faire sécher l'herbe en "foin" préalablement, demandez-moi conseil pour la réalisation) ... mais ne nous glissez pas de peaux de bananes (et autres agrumes).

Evitez les sacs en plastique. Nous pouvons vous donner des bacs plastiques que nous avons récupérés, pour vous permettre d'y mettre simplement les épluchures. Vous recouvrez le tout par une planchette ou d'un carton: l'ensemble doit être simplement aéré et légèrement humide, dans votre intérieur ou sur votre balcon.

Dans la nature, tout se recycle, tout se transforme pour redonner vie: des épluchures mélangées à d'autres matériaux à priori répugnants, aboutissent en réalité, à un compost très vivant et nourricier, à la bonne odeur de sous-bois (géosmine).

Merci pour votre coopération.

Lavage des légumes d'Automne


L'été est déjà loin...La lumière a bien diminué, mais prenez le temps de regarder nos légumes aux couleurs si chaudes.
Il savent nous réchauffer, nous apporter leur vitalité restée intacte. Dégustez une soupe aux Potirons ...savoureuse, une fondue de poireaux, des radis goûtus, des carottes à cuisiner de mille façons,...




Nouvelle Récolteuse haricots


Voilà notre nouvelle récolteuse d'haricots verts: made in Cergy par Maurice !
Un grand merci à son travail d'autoconstruction pendant plus de 2 mois.

Canicule: les jours d'après...

Bonjour,

La première canicule de l'été semble s'éloigner. L'été est pourtant toujours bien là, sans véritable pluie depuis le mois de mai . Nos plantes ont passé ce dur obstacle grâce à un arrosage très copieux et régulier. Nous avons la chance de nous être installés au bord d'une grosse rivière au débit un peu affaibli mais régulier pour le moment: l'Oise. Cette rivière est notre providence.

Vous trouverez en pièces jointes, quelques photos de notre ilôt de verdure, une véritable oasis au milieu d'une région bien sèche... Après les herbes asséchées, vos arbustes des villes flétrissent et commencent à mourir. Bientôt les arbres ? Au secours,s'il vous plait, arrosez, faites-arroser les plantes: l'eau n'est pas gaspillée, notre atmosphère est une: l'eau circule en milieu fermé comme dans une serre. Les plantes et notamment, les herbes fixeront à nouveau le CO2 (dioxyde de carbone) pour libérer ensuite de l'oxygène, les floraisons du printemps prochain pourront être induites, les abeilles pourront reprendre leur activité normale...et cela vous procurera un peu de vrai fraîcheur !
Aussi des insectes gentils et d'autres un peu moins...:
https://picasaweb.google.com/117480221402995335064/2015_07_insectesDesChamps?authuser=0&feat=directlink
Et un article du CNRS: l'herbe des prairies, un piège à gaz carbonique:
http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbiodiv/index.php?pid=decouv_chapC_p7_d1&zoom_id=zoom_d1_7&savoir_id=savoir_d1_z7_2